L’installation Transidentités fait suite à une série d’entretiens menés avec E.M.M lors de son changement de sexe. Les entrevues ont débuté en 2012, quelques mois après le début du traitement hormonal substitutif, et se sont terminées en Juillet 2013.

 

Dans la répétition d’une même image photographique, cette installation tente de tenir à distance la dénomination en usant du jeu de subordination réciproque entre texte et image.

La confrontation entre l’un et l’autre, en générant des rapports de désignation, de description, de classification, nous forcent à interroger les notions de ressemblance et d’affirmation.

 

L’installation Transidentités interroge les mécanismes d’attribution de l’identité.