L'installation SUITES s'inscrit dans le prolongement du travail DISPARITIONS.

En investissant l'espace de la galerie d'art contemporain et son white cube,   la question a été ici de traiter la juxtaposition des images plutôt que la notion de parcours. c'est ce qu'il reste de la disparition qui nous est donné à voir.
 

Le 7 mai 2015, mon père nous a quitté de mort subite.

Nous étions au printemps.

Le 13 mai, une cérémonie organisée au crématorium du Val de bièvre rassembla environs deux cents personnes.

Une photographie portrait de Tâm fut distribuée à chacun des invités.

La même,

pour tous.

 

Cette installation interroge le rôle que joue l'image photographique face à la disparition du sujet photographié.

Il s'agit ici de mettre en rapport le réel et sa représentation par la répétition d'images chaque fois réinterprétées et juxtaposées à une nouvelles légende.

 

Alors que souvent un défunt n'est représenté que par une unique photo, présente sur le cercueil, l'urne funéraire, l'autel... chaque photographie de famille est ici exposée à la manière de présents juxtaposés, qui par leur association questionnent l'oubli, la mémoire,  la transmission ou bien encore notre désir de contrôle du temps.

Kim lan Nguyên Thi